Les responsabilités de Vichy dans les arrestations

Les responsabilités de Vichy dans les arrestations

Un correspondant m’a posé la question suivante :

Je lis dans Bédarida François et Renée, la France des années noires, 1993, que 4/5 des juifs déportés ont été arrêtés par les forces de police françaises.

Ce chiffre est-il correct ? d’où vient-il ?
Si le chiffre est correct, il semble en contradiction avec le fait qu’un juif déporté sur 3 était français et, qu’à certaines exceptions près, la police française n’a pas arrêté de juif français et que la police allemande n’a pas arrêté que des juifs français.

Alain Michel, j’aimerais être éclairé sur ce point.

EdC

Voci la réponse que je lui ai faite et qui me semble devoir intéresser d’autres lecteurs de ce blog :

Je ne connais pas la source de Bedarida. En prenant ce que Klarsfeld fait comme bilan des arrestations dans son « Calendrier », on a (en chiffres arrondis) :
1941 : arrestations en région parisienne : 8393. Ces opérations ont été effectués par la police parisienne sur demande et sous contrôle des Allemands. Il y a environ 75 % de Juifs étrangers. La plupart sont déportés en 1942. Il n’y a là aucune responsabilité directe de Vichy.
1942 : arrestations en zone nord 22300, la quasi totalité par la police sous contrôle et demande allemande, quelques centaines directement par les kommandanturs. Il n’y a pas de responsabilité directe de Vichy.
arrestations en zone sud : 10 500. Uniquement des Juifs apatrides, responsabilité directe de Vichy.
1943 : 8300 en zone nord, la majorité par la police française, la grande majorité des Juifs étrangers, sauf après août où les commandos de Brunner arrêtent aussi des Juifs français. Pas de responsabilité directe de Vichy.
8400 en zone sud : 780 à Marseille, français et étrangers, sur demande et sous contrôle des allemands. Responsabilité partielle de Vichy. 1700 juifs étrangers arrêtés par la police de Vichy en mars. Responsabilité directe de Vichy. 4100 (dont 2000 à Nice) arrêtés directement par les Allemands, Juifs français et étrangers, aucune responsabilité de Vichy qui refuse même de communiquer les listes de Juifs effectuées au moment du recensement.
1944 : 8300 en zone nord, la moitié arrêtés directement par les Allemands (commando Brunner et kommandantur de province), aucune responsabilité directe de Vichy qui essaye de négocier la non arrestation de Juifs français mais ne l’obtient pas (exemple célèbre de Bordeaux). 7300 en zone sud, tous par les kommandanturs et kommando brunner, Juifs français et étrangers.
On voit donc que la responsabilité de Vichy dans les arrestations est limitée, et pratiquement nulle en ce qui concerne les Juifs français.